Fête du Printemps, Ilhat
 
 
RIGOR


 
Je ne suis pas une personne médisante, je ne vous parlerai donc pas de l'Ariège. Seulement, il faut bien le reconnaître, si le monde venait à devoir choisir un emplacement pour son trou du cul, il y a fort à parier pour qu'il trouve son bonheur dans ce sympathique département. 
Ilhat, vous connaissez? Nous non plus. C'est à mi-chemin entre Foix et Lavelanet, et si tu rates le seul panneau témoignant de l'existence de ce lieu (voir photo), tu fais dix bornes entre un fossé non protégé et un ravin encore moins, avant de trouver la première hutte. Heureusement pour nous, arrivant à l'embranchement nous aperçumes une voiture qui tournait; ça nous à mis la puce à l'oreille. Vous pensez, des êtres humains se déplaçant après 18 heure, ce devait être exceptionnel. 
Ca le fut. Il y avait des bagnoles partout dans les champs. C'est l'Ariège entière qui s'était déplacée pour ce festival rock au milieu ds champs, entre nulle part et ailleurs. 
Mais l'Ariège ça reste l'Ariège et putain qu'il faisait froid. Ici, c'est comme une enclave nordique; quand les pélerins des pays polaires en ont marre du soleil, hop, ils viennent apaiser leur nostalgie en Ariège. 
Froid ou pas, on a quand même vu Rigor. J'en parle dans la page de lien, je ne vais pas me répéter. ILS SONT TROP FORTS! 
Le guitariste est un peu énervant ; certains éprouvent le besoin de faire des phrases, lui c'est les notes. Ils en met partout. Beaucoup. Ca rend le tout un tantinet métal, nous dirons donc qu'ils font du métal-punk. 
Mais les textes sont superbes, et on ne peut s'empecher de rapprocher leur démarche de celle des Zab. Evidemment, les deux groupes sont loin d'être des clones, mais les deux sont résolument punk sans être niais, novateurs dans la construction, et subversifs dans le propos... 
Reste que Rigor cogne dur. Et c'est très bien comme ça. 

Peut-être voulez-vous voir des photos.