Compté, Toulouse, Février 2000
RENE BINAME


 
Enfin, ça y est..

J'attendais ça depuis le fameux festival de Pont St Esprit. A cette époque je ne connaissais point ce génialissime groupe belge, et je me suis mangé une sacrée claque! Mais, bon, j'ai déjà raconté tout ça, et vous pouvez toujours lire cette terrible aventure ici.

Les Binam allaient enfin se pencher sur le cas des toulousains. Pour un concert de soutien aux jeunes Libertaires, la soirée s'annonçait donc sous les plus révolutionnaires des auspices.
Bon, c'est vrai qu'à l'égard des "libertaires" toulousains, j'émets depuis longtemps les plus grandes réserves. Baignée de tradition espagnole, la CNT (CNT, Jeunes Libertaires.. c'est du kif) version Sud-Ouest est du genre bourrue, limite chiante. La, pour le coup, ils nous avaient concocté une soirée "tout public" ; du reggae, du punkHC, et même du rap!
Du rap dans une soirée anarchiste! Y'a pas plus réactionnaires que les valeurs portées par le rap; rejet des faibles, épate, machisme, violence, homophobie, appat du gain comme sens de la vie. Le rapper n'est pas un rebelle, c'est une pleureuse aigrie et envieuse. Je m'arrête la; si je continue je vais finir par être de mauvaise foi, et pire, carrément hors sujet.
Donc, soirée ecclectique. Jean-Marc Leclerq devait venir pousser la chansonnette. Ca aussi, c'est une curiosité de la part de l'organisation. Jean-Marc est le chanteur de Libertarios, groupe de Rock anarchiste, internationaliste et multi-linguiste. Ils comptent parmi leurs fans les plus forcenés : moi. La première chose qui viendrait à l'esprit de n'importe quel organisateur normalement constitué serait d'organiser un super concert Binam/Libertarios.. et bien non. Remarquez, cela tombait bien , parce Jean-Marc n'a pas pu venir, il officiait à Albi le même soir. Dommage, on a raté la rencontre du siècle.
Mais les Binam était bel et bien là, et c'était l'essentiel. Ils sont grands, ils sont beaux, ils sont trop forts. Et surtout, ce qui ne gache rien, ils sont intelligents et sympathiques. Ca, mes amis, en ce bas monde où les gens réfléchissent avec Zidane, font du social avec "la vie révée -mangez chez McDo - des anges", placent leurs espoirs de vie meilleure en actions Wanadoo, et ignorent jusqu'à l'existence du mot "autogestion", croyez-moi, des groupes comme les Binam, ça vaut de l'or.
Ce fut donc, comme attendu, un très bon concert; joyeux et engagés, et je crois que les Binam étaient contents d'être là. La banderolle Cénétiste rajoutait la petite touche décorum qui catalyse les motivations et mets l'ambiance. Vraiment très bien.

Les photos du concert (et même des Binam).